DATAFLOT

Permanents - Yohann Duguet (CR, CNRS), Didier Lucor (HDR, DR, CNRS), François Lusseyran (HDR, DR-EM, CNRS), Laurent Martin-Witkowski (HDR, MCF, S.U.), Lionel Mathelin (CR, CNRS), Stéphanie Pellerin (MCF, U-PSud), Bérengère, Podvin (HDR, CR, CNRS) et Onofrio Semeraro (CR, CNRS)

Responsable d'équipe - Didier Lucor

 

Tendre vers la maîtrise de la turbulence constitue un défi majeur qui impacte un grand nombre d’applications dans les domaines des sciences de l’ingénieur. Il est crucial de comprendre les mécanismes de naissance et de croissance des instabilités ainsi que le déclenchement et le développement de la turbulence.

 Les thèmes principaux de recherche sont les suivants :

 

 

 

 

Article n°952

Didier Lucor, Lionel Mathelin, Bérengère Podvin, Onofrio Semeraro

Le contrôle des écoulements reste un des moyens pour maîtriser l’efficacité énergétique des systèmes et concevoir des systèmes énergétiques plus performants. Notre activité autour du contrôle des
écoulements est une activité particulièrement forte et visible du laboratoire. Elle est notamment soutenue par le Lidex ICODE (Université Paris-Saclay) relatif à « l’aide à la décision et la maîtrise des processus
dynamiques complexes ». Une partie de ces activités s’est concentrée sur le contrôle des instationnarités. L’autre partie s’intéresse aux techniques de contrôle non-linéaire en boucle fermée basées sur des
méthodes sans modèle ou du contrôle par renforcement.

En parallèle de ces activités, nous développons notre savoir-faire en matière de traitement des données issues des simulations numériques et des expériences en mécanique des fluides et des transferts. Ces développements sont, d’une part, utiles pour accroître notre compréhension des phénomènes physiques (décomposition modale, échantillonnage creux d’opérateur de dimension infinie) et, d’autre part, nécessaires pour le développement de représentations ou de modélisations de plus en plus fiables (inférence, assimilation, représentation creuse), notamment pour l’application au contrôle (Machine
Learning, en particulier). Nous travaillons également sur le développement de techniques de Quantification d’Incertitudes (UQ) qui viennent utilement compléter le paysage des techniques pour analyser la sensibilité
paramétrique, notamment pour traiter les problèmes d’inférence et d’identification de modèles complexes.
Au-delà des développements méthodologiques, la dissémination des techniques UQ devra s’intensifier vers plus d’applications (Bio-medical Engineering, Géosciences, Aérodynamique, …).
Nos efforts porteront plus spécifiquement sur :

  • l’analyse des données pour l’estimation et l’assimilation en mécanique des fluides :
    • apprentissage de dictionnaire, apprentissage de variété ;
    • échantillonnage creux d’opérateur de dimension infinie (Koopman), approximation
      tensorielle par train de fonction ;
    • projection aléatoire pour la réduction de modèles ;
    • assimilation de données et optimisation ;
  • La quantification d’incertitudes (UQ) :
    • développements méthodologiques efficaces ;
    • transfert vers les applications ;
  • le contrôle des écoulements :
    • contrôle par renforcement ;
    • contrôle sans modèle, par apprentissage automatique ;
    • mise en place de démonstrateurs expérimentaux.

Permanents - Yohann Duguet (CR, CNRS), Didier Lucor (HDR, DR, CNRS), François Lusseyran (HDR, DR-EM, CNRS), Laurent Martin-Witkowski (HDR, MCF, S.U.), Lionel Mathelin (CR, CNRS), Stéphanie Pellerin (MCF, U-PSaclay), Bérengère, Podvin (HDR, CR, CNRS), Onofrio Semeraro (CR, CNRS)

Responsable d'équipe - Didier Lucor

 

Tendre vers la maîtrise de la turbulence constitue un défi majeur qui impacte un grand nombre d’applications dans les domaines des sciences de l’ingénieur. Il est crucial de comprendre les mécanismes de naissance et de croissance des instabilités ainsi que le déclenchement et le développement de la turbulence.

 

DECIPHer : Modélisation augmentée par les données pour la mécanique numérique

Instabilité, Transition, Turbulence et Contrôle

 

 

Article n°919

Y. Duguet, F. Lusseyran, L. Martin-Witkowski, S. Pellerin

Les écoulements fluides peuvent être classés en plusieurs régimes tels que laminaire, transitionnel ou turbulent, correspondant à d’importantes différences d’un point de vue énergétique. Les processus dynamiques qui permettent de passer d’un régime à l’autre, ou de stabiliser un des régimes, sont aujourd’hui encore mal compris. L’instabilité d’un écoulement laminaire donné vis-à-vis de perturbations arbitraires, d’amplitude soit infinitésimale soit finie, donne lieu à des développements mathématiques et numériques intéressants et variés selon le type d’écoulement considéré. Des transitions, souvent hystérétiques, entre différents régimes existent également au sein d’écoulements turbulents. Un effort original est mis sur l’analyse des symétries spatiales et de leur brisure par des mécanismes d’instabilité. Ceux-ci sont décrits qualitativement et quantifiés par l’utilisation d’algorithmes numériques novateurs et efficaces, dans le cadre de simulations instationnaires tridimensionnelles nécessitant des ressources importantes et des méthodes spécifiques aux données volumineuses. Une cellule  expérimentale permet également la visualisation et la quantification de ces mêmes écoulements en complémentarité directe avec les études numériques.  Enfin, la compréhension fine et la modélisation des mécanismes hydrodynamiques à l’oeuvre mène naturellement à des méthodes expérimentales et/ou numériques de contrôle permettant d’orienter le système vers le régime désiré. 

Les configurations étudiées dans cette équipe sont académiques mais inspirées de situations industrielles reliées entre autres au domaine de l’aérodynamique terrestre (trainées de véhicules, cavités géométriques) et de l’aéronautique (couches limites). L’accent est mis sur des collaborations avec d’autres équipes locales, nationales et internationales, et sur la formation des étudiants. Les sujets d’étude de l'équipe comprennent de manière non exhaustive : 

  • l’étude expérimentale et numérique des effets de pollution ambiante sur la stabilité des écoulement tournants avec surface libre rigide ou déformable
  • la simulation numérique, la modélisation et le contrôle des brisures de symétrie d’un sillage turbulent
  • la compréhension des mécanismes de transition sous-critique à la turbulence dans les écoulements cisaillés de paroi, d’un point de vue non-linéaire (description de l’espace des phases correspondant) comme spatio-temporel (analyse de l’intermittence)
  • l’étude expérimentale et numérique ainsi que le contrôle en boucle fermée des écoulements cisaillés ouverts.

Permanents - Yohann Duguet (CR, CNRS), Didier Lucor (HDR, DR, CNRS), François Lusseyran (HDR, DR-EM, CNRS), Laurent Martin-Witkowski (HDR, MCF, S.U.), Lionel Mathelin (CR, CNRS), Stéphanie Pellerin (MCF, U-PSaclay), Bérengère Podvin (HDR, CR, CNRS) et Onofrio Semeraro (CR, CNRS)

 

Responsable

Didier LUCOR
Directeur de Recherche CNRS

Permanents

Virginie DARU
Maître de Conférences
Ivan DELBENDE
Maître de Conférences
Yohann DUGUET
Chargé de recherche
Francois LUSSEYRAN
Directeur de Recherche CNRS
Laurent MARTIN WITKOWSKI
Maître de Conférences
Lionel MATHELIN
Chargé de Recherche
Stéphanie PELLERIN
Maître de Conférences
Berengere PODVIN DELARUE
Chargée de Recherche
Onofrio SEMERARO
Chargé de Recherche

Doctorants

Guy CORNEJO MACEDA
Nan DENG
Stéphane FEVRIER
Nan JIANG
Pavan KASHYAP
Luc LECOINTRE
Alexis PICARD

Données extraites de l'annuaire du CNRS le 26/05/2021

Contenu en cours d'élaboration.
Merci de votre visite

LIMSI
Campus universitaire bât 507
Rue du Belvedère
F - 91405 Orsay cedex
Tél +33 (0) 1 69 15 80 15
Email

RAPPORTS SCIENTIFIQUES

Rapport scientifique

 

Le LIMSI en chiffres

7 équipes de recherche
100 chercheurs et enseignants-chercheurs
40 ingénieurs et techniciens
60 doctorants
70 stagiaires

 

Paris-Saclay nouvelle fenêtre


Logo DataIA

 

© 2017 LIMSI CNRS