Approche computationnelle du regulatory focus pour des agents interactifs : un pas vers une personnalité artificielle

Thèse de Caroline FAUR, doctorante de l'équipe CPU - 21 octobre 2016 à 14h au Limsi

L'essor de l'informatique affective ouvre aujourd'hui la porte à la création de dispositifs artificiels dotés d'une forme d'intelligence sociale et émotionnelle. L’étude de l'interaction homme-machine dans ce contexte offre de nombreuses pistes de recherche. Parmi celles-ci se trouve la question de la personnalité : comment modéliser certaines caractéristiques de la personnalité pour une entité artificielle ? Comment ces caractéristiques influencent-elles le déroulement de l'interaction entre l'homme et la machine ?

Cette question globale soulève plusieurs questions de recherche : Comment définir la personnalité ? Sur quels modèles et théories issus de la psychologie peut-on s'appuyer pour développer une personnalité artificielle ? Quelle méthodologie adopter pour aborder l’implémentation d'un concept psychologique complexe ? Qu'apporte le développement informatique d'une personnalité à l'interaction homme-machine ? Au domaine de la psychologie de la personnalité ? Comment évaluer expérimentalement ces apports ? Pour aborder ces questions, nos travaux se positionnent dans une optique pluridisciplinaire, au croisement de l’informatique et de la psychologie.

Au regard de sa pertinence pour une approche computationnelle, nous avons modélisé la régulation du Soi comme une composante de la personnalité. Ce concept est approché à partir de la théorie du regulatory focus. Sur cette base théorique, un cadre de travail conceptuel et un modèle computationnel sont proposés. Un questionnaire mesurant le regulatory focus a également été développé et validé. Ces propositions théoriques sont mises en œuvre dans deux implémentations data-driven (dimensionnelle vs socio-cognitive) dotant des agents de regulatory focus en utilisant de l’apprentissage automatique. Deux études utilisateurs (interaction unique avec agent artificiel vs sessions répétées avec agent animé), présentées dans un cadre ludique, ont permis d’étudier la
perception du regulatory focus chez un agent et son impact sur l'interaction. Nos résultats encouragent l’utilisation du regulatory focus en informatique affective et ouvrent des perspectives sur les liens théoriques et méthodologiques entre informatique et psychologie.

 

Jury

Publications

Communications

  1. Caroline Faur, Jean-Claude Martin, Céline Clavel, Matching artificial agents' and users' personalities: designing agents with regulatory-focus and testing the regulatory fit effect. (2015)
  2. Caroline Faur, Philippe Caillou, Jean-Claude Martin, Céline Clavel, A Socio-cognitive Approach to Personality: Machine-learned Game Strategies as Cues of Regulatory Focus. (2015)
  3. Florian Pécune, Caroline Faur, Magalie Ochs, Céline Clavel, Catherine Pelachaud, Jean-Claude Martin, Modélisation de l'influence de la personnalité d'un compagnon artificiel sur ses attitudes sociales (2014)
  4. Caroline Faur, Céline Clavel, Sylvie Pesty, Jean-Claude Martin, PERSEED: a Self-based Model of Personality for Virtual Agents Inspired by Socio-cognitive Theories (2013)
  5. Caroline Faur, Céline Clavel, Jean-Claude Martin, Affective Interactions with Virtual Agents: Theories and Models for Emotions and Personality (2014)
  6. Caroline Faur, Céline Clavel, Jean-Claude Martin, Endowing Artificial Companions with Personality Using Regulatory-focus (2014)
  7. Caroline Faur, Céline Clavel, Jean-Claude Martin, La personnalité comme catalyseur de l'intercompréhension entre un utilisateur et un agent virtuel : le modèle PERSEED (2013)

Chapitre dans un ouvrage