Actualités

Le mouvement expressif du corps entier : variabilites intra-individuelles dans des contextes affectifs et interactifs.

Thèse de Florian Focone, équipe CPU, le 14 décembre à 9h30

 Résumé

Le mouvement est une composante primordiale et nécessaire de notre existence. Nous l’utilisons tous les jours pour accomplir des tâches simples et essentielles, mais également pour communiquer. Que cela soit intentionnel ou non, nos mouvements signent nos différences interindividuelles, mais aussi intra-individuelles liées à nos états émotionnels, notre statut, et nos intentions. Au cours d’une même journée, la cinématique de nos mouvements tend inéluctablement à évoluer et à s’adapter en fonction de notre environnement social. Ce qui différencie le mouvement des robots et des personnages virtuels de celui des humains est sa capacité à varier, un humain ne reproduisant jamais deux mouvements identiques. Néanmoins, ce contraste est de moins en moins évident. Depuis Darwin et ses travaux sur l’impact des émotions dans le mouvement jusqu’aux plus récentes études sur l’expressivité du mouvement dans des contextes d’interactions (p. ex. homme femme, interaction professeurélève) et d’applications variées (p. ex. autisme, exergames), les chercheurs et entreprises cherchent à implémenter la variabilité du mouvement biologique humain dans les interactions homme-machine (IHM).

En s’appuyant sur les Sciences sociales, du mouvement et de l’informatique, ce travail doctoral multidisciplinaire contribue à la compréhension de l’action et de la perception de mouvement expressif à travers trois études dans un contexte sportif d’interaction coachnovice. La première étude a pour objectif de comprendre comment l’expressivité du mouvement humain signe l’émotion perçue.Dans la seconde étude, nous envisageons plusieurs dyades composées de participants dont les statuts de passations et les conditions expérimentales évoluaient. Enfin, une dernière expérience orientée IHM a été réalisée. Au cours de celle-ci, des personnages virtuels expressifs ont été conçus pour interagir non verbalement avec les participants. Les résultats de ces travaux permettent de mettre en évidence que certains paramètres de l’expressivité du mouvement issue de séries temporelles (ST) (énergie, caractère direct, rigidité et étendue spatiale) sont nécessaires pour discriminer les affects, les statuts et les ressentis des participants au sein des interactions.

La visée applicative de ce travail doctoral est la création d’un coach virtuel qui, au moyen de ces mouvements expressifs, permet une interaction dynamique et crédible.

Jury

Mme V. Demulier, Maître de Conférences, Université Paris-Sud, Co-directrice de thèse

Mr P. De Loor, Professeur, Ecole Nationale des Ingénieurs de Brest, Examinateur

Mr B. Isableu, Maître de Conférences, Université Paris-Sud, Co-directeur de thèse

Mr J.C. Martin, Professeur, Université Paris-Sud, Directeur de thèse

Mr D. Mestre, Directeur de Recherche, Université de la Méditerranée, Rapporteur

Mme G. Venture, Tokyo University of Agriculture and Technology, Rapporteur

LIMSI
Campus universitaire bât 508
Rue John von Neumann
F - 91405 Orsay cedex
Tél +33 (0) 1 69 15 80 15
Email

RAPPORTS SCIENTIFIQUES

Le LIMSI en chiffres

10 équipes de recherche
100 chercheurs et enseignants-chercheurs
40 ingénieurs et techniciens
60 doctorants
70 stagiaires

 Université Paris-Sud nouvelle fenêtre

 

Paris-Saclay nouvelle fenêtre